cerca nel blog

Post più popolari

giovedì 3 febbraio 2011

Corsica Libera: Refuser d'appartenir à la France. Rifiutare l'appartenenza alla Francia.


 CORSICA-ITALIA: STESSA LINGUA, STESSO SANGUE, STESSA CULTURA !
Corsica-Italia legame di sangue, legame d'amore. Che fanno i pinzuti invasori in un'isola italiana? Quando i pinzuti sterminarono i nostri fratelli còrsi nelle pievi meridionali dell'isola, le fiere popolazioni sarde udivano le grida da Punta della Maddalena ed accorrevano le donne scapigliate, i bambini con le mani giunte implorando dall'altra sponda misericordia. Si udivano, sulle rive del nord della Sardegna, le grida e gli appelli del popolo còrso, mentre più nitido si sentiva l'echeggiare delle artiglierie francesi. Triste e conserte, da Santa Teresa e da Caprera, le genti di Gallura vedevano ed udivano le arroganti sentinelle francesi sui bastioni di Bonifacio! Corsica libera, Corsica sangue italiano!
CORSICA ET ITALIE: AMOUR ETERNEL !
Refuser d'appartenir à la France. En 1768, par le traité de Versailles, le royaume de France achète l'île à la république de Gênes. L'île reste juridiquement sous la souveraineté de la République de Gênes mais elle est occupée et administrée par la France, qui se heurte aux nationalistes corses. Les troupes françaises sont défaites lors de la bataille de Borgo, en octobre 1768, face à Pasquale Paoli (dont se réclament les irrédentistes du XIXe siècle), mais finissent par l'emporter lors de la bataille de Ponte Novu en mai 1769. Au bout de dix ans, en 1778, les Génois cèdent définitivement leurs droits sur l'île à Louis XVI, devenant ainsi une province française. Salvatore Viale, dans le préambule de l'édition 1843 des Chants populaires corses, imprimée à Bastia et explicitement dédiée « aux lecteurs corses », rédige un véritable manifeste idéologique dans lequel ce magistrat français revendique avec clarté et liberté l'identité corse comme l'antithèse de l'identité française et son appartenance à l'aire culture italienne. Voici le passage le plus significatif : « À la lecture de ces chansons, on verra que les Corses n'ont pas, ni certainement ne peuvent avoir jusqu'à maintenant une autre poésie ou une autre littérature que l'italienne. La source et la matière de la poésie dans un pays se trouvent dans son histoire, ses traditions, ses coutumes, sa manière d'être et de sentir : toutes choses dans lesquelles l'homme corse diffère essentiellement de celui de la France continentale et en particulier du prototype de l'homme français qui est celui de Paris. Je ne parlerai pas la langue qui est essentiellement pénétrée de ces mêmes principes ; et la langue corse est également italienne, et a même été jusqu'à présent l'un des dialectes moins corrompus de l'Italie. » Corsica nazione.

1 commento:

Anonimo ha detto...

A Storia di a Còrsica hè assai antica. Perfinu Omeru indu l'Udissea parla di a Còrsica : prova chì i Greci cunnoscevanu l'esistenza di l'isula. Si tratta per Umeru di u paese Lestrìgune : "Durante sei ghjorni, marighjamu senza richetu. U settimu ghjornu raghjunghjimu, ind'ù paese Lestrìgune, sottu u borgu di Lamos, l'alta Telèpila, duva omu vede u pastore chjamà u pastore : quandu l'unu accasa, un altru esce per risponde. Un omu scarangliatu guadagnarìa duie salari, l'unu pasculendu i boi,l'altru incù e pecure bianche ghjacchì i violi di u ghjornu custighjanu i violi di a notte. Entramu in u portu assai cunnusciutu di i marinari : una doppia tippale scuscesa è senza un ritagliu si eleva à l'attonzu, è duie capi lungarini l'unu di faccia à l'altru dinanzu à l'imboccu strangulanu a so bocca. A mo flotta penetra e si reca finu a u fondu, stumacati à rasu di stumacati, pà amarrassi l'unu accantu à l'altru. Micca u mareghju in quellu bofulu, micca u borru, micca una grinza, ignilocu a calma bianca. Eu solu mi fermu fora, incù u mo vascellu neru. Sottu u capu dell'imboccu mi affuna à a rocca : omu ùn vedeva micca a presenza di gregie ò di umani. Un ci era micca inlà un fumu chì si alzava da a tarra... "

Lettori fissi